Corniche des forts : une voix délibérative pour Est-Ensemble !

Intervention de Mireille Alphonse en conseil de territoire du 7 juin 2016 sur la gouvernance de la corniche des forts

 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs mes cher-e-s collègues,

 

Le vote qui nous est ici proposé nous interpelle par ce qu’il dit de la baisse de nos ambitions concernant la place de nos espaces verts au sein de notre territoire.

 

En effet, il nous est demandé, ni plus ni moins, d’accepter d’adhérer à un Syndicat – celui de la Corniche des Forts – sans avoir de voix délibérative au sein de ce même Syndicat. Pour être très claire, et permettre à l’ensemble de mes collègues de mesurer ce que cela signifie, il nous est demandé de poursuivre un rôle qui revient à verser une subvention annuelle de 100 000 euros à un Syndicat, sans avoir la moindre possibilité de prendre notre place en tant que Collectivité territoriale au sein de ce même Syndicat !

 

Autrement dit : « Payez et circulez – il n’y a rien à dire » !  

 

Nous sommes là face à une situation qui ne peut plus perdurer. C’était déjà le cas lors des deux dernières années de notre « communauté d’agglomération », mais nous avions bon espoir que le passage au statut d’EPT nous permettrait de régulariser cette état de fait. Il n’en est visiblement rien. Je n’ose penser que les espaces verts intéressent au final si peu notre collectivité, qu’elle n’éprouve pas plus que cela le besoin de réclamer une juste représentation.

 

Que dirions-nous en effet si nous ne pouvions bénéficier d’une voix au sein du Sedif, du Syctom ou des autres grands syndicats et associations que nous finançons en partie via nos adhésions ? Je suis prête à parier qu’aucun d’entre nous n’accepterait de voir notre collectivité territoriale habilitée à sortir le chéquier… mais sans aucune possibilité ni de contrôler ce qui est fait avec notre argent, ni de tout simplement participer aux réflexions engageant l’avenir du syndicat en question.

 

Dans un esprit de compréhension et de collaboration  – qui nous anime depuis notre élection au sein de cet établissement public territorial – mais avec aussi le respect pour le travail accompli par ma collègue Martine Legrand en tant que Présidente du Syndicat lors du précédent mandat régional – nous étions prêts à accepter que Mme Legrand puisse poursuivre sa mission au sein de ce Syndicat. Mais nous comprenons aujourd’hui qu’elle n’aura pas non plus de voix au sein de la prochaine instance exécutive. Nous ne pouvons plus accepter cette situation. En conséquence, nous demandons expressément à ce qu’Est Ensemble puisse obtenir ce qui lui revient : une voix délibérative au sein du Syndicat de la Corniche des Forts.

 

Une précision toutefois : nous ne souhaitons pas retirer aux villes les places qui sont les leur, nous demandons à ce que les statuts puissent être – un tout petit peu – modifiés afin que notre collectivité territoriale puisse être représentée comme il se doit.

 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, nous sommes toutes et tous des élu-e-s municipaux et des élu-e-s territoriaux. Je gage que chacun d’entre nous a eu l’occasion à plusieurs reprises de constater que l’intérêt général, ou ici l’intérêt territorial, n’est pas toujours égal à la somme des intérêts municipaux. Parfois… loin s’en faut !

 

Nous sommes très nombreux dans cette instance à penser que la Corniche des Forts, ce poumon vert de 64 hectares qui s’étend sur 4 de nos villes, doit être préservé, entretenu et valorisé et ceci, pour le plus grand bonheur des populations riveraines, pour la préservation de la biodiversité et pour notre santé à tous.

 

Alors que nous sommes en plein réflexion sur l’avenir de la compétence « Espaces Verts » de notre territoire ; alors que toutes les villes rencontrées reconnaissent le besoin de bénéficier de plus de moyens pour valoriser leurs espaces verts ; alors, enfin, que nous avons lancé la réflexion sur le futur parc des Hauteurs… il serait incompréhensible qu’Est Ensemble ne puisse siéger au sein du  Syndicat représentant le plus grand de ses parcs afin d’y faire fructifier un véritable projet d’aménagement naturel de notre territoire.

 

Aujourd’hui, les villes ne parviennent pas à l’entretenir seules : il n’est qu’à voir l’état des pelouses qui se sont développées à grande vitesse étant donnée la météo particulière de ces dernières semaines. Une amie institutrice me racontait qu’elle n’avait pu trouver un seul endroit pour y prévoir un pique-nique avec sa classe ! Et nous avons appris que le chantier de comblement des carrières était à nouveau décalé… Souhaitons, en raison des pluies récentes, qu’un effondrement de fontis ne vienne ajouter une dimension dramatique à un dossier déjà bien compliqué.

 

Monsieur le Président, cela ne vous étonnera pas : en l’état actuel de cette délibération et si Est Ensemble ne fait pas ce qu’il faut pour obtenir une voix délibérative au sein du Syndicat de la Corniche des Forts, nous ne pouvons voter « pour » et proposons à nos collègues de voter contre. Avec l’espoir que ce choix difficile raisonne comme une alerte, enfin prise en compte.

 

Je vous remercie.

Remonter