« La droite dans tous ses états, l’arroseur-arrosé » Intervention de Stéphane Weisselberg Conseil du 17 avril 2015

Monsieur le président, chers collègues,

Je n’avais pas particulièrement prévu d’intervenir ce soir ; je pensais simplement qu’il était important que je sois présent – non pour justifier mon indemnité de 120 euros net mensuels mais pour soutenir les derniers dossiers que nous n’avons pu aborder il y a une semaine.

Je veux en effet tout de suite rassurer mes collègues de droite mais je veux leur dire aussi que comparaison n’est pas toujours raison. Vous avez souhaité en effet, le 10 avril dernier, prendre exemple et vous appuyer sur une décision du Conseil Régional d’Ile de France de conditionner les indemnités des élu(e)s à leur présence en séances et en commissions, pour nous l’appliquer vertueusement dans cette assemblée. Florian Favier Wagenaar a même pris un malin plaisir de prendre en défaut – du moins le pensait-il ainsi – Philippe Guglielmi, conseiller régional en lui demandant s’il avait voté cette délibération lorsqu’elle a été présentée.

Mes chers collègues, je pense qu’il serait souhaitable à l’avenir qu’avant que nous osions quelques effets tribuniciels, nous soyons renseignés sur la portée de nos argumentaires.

Songez en effet que les indemnités des élu(e)s régionaux varient entre 2661 euros et 2927 euros brut mensuels (hors vices présidences ) quand les nôtres s’échelonnent entre 200 et 400 euros brut mensuels (hors vices présidences également). Le rapport d’échelle entre le montant des indemnités des Vices Présidences, sans être exactement le même, suit des variations comparables. J’ajoute que la fréquence des réunions du Conseil Régional est bimensuelle.

Vous comprendrez peut-être alors que s’astreindre à une présence régulière dans un cas pour participer aux débats et aux votes ne revêt pas la même importance de disponibilité que dans la notre.

Mais je reviens au dossier qui nous occupe et évoquerai par la même les dossiers 31 à 35 qui sont autant d’engagements budgétaires pour l’année 2015.

Ils sont la démonstration que notre assemblée représentée par Marie-Rose Harenger, se lance ambitieusement dans le tri sélectif à la source des déchets et vers leur valorisation, ainsi que projette une politique publique de prévention axée sur la sensibilisation. Et je veux ici féliciter toutes celles et ceux qui travaillent au sein de l’administration territoriale aux côtés de notre Vice Présidente pour faire d’Est Ensemble un territoire exemplaire en matière de développement durable.

Vous le savez, le budget « Déchets » représente en pourcentage le budget le plus important du budget global.
Et je suis heureux de constater que, visiblement, la droite et le centre vont voter ces budgets quand il y a une semaine leurs représentants n’avaient de mots assez durs pour dénoncer à grands renforts de formules solennelles (il fut même question d’atteinte aux valeurs républicaines d’un côté et de charité chrétienne de l’autre – dans une enceinte laïque mes oreilles qui ne sont pas chastes ont eu du mal à le croire) – l’insincérité du budget général et pour le désigner à la vindicte du préfet de Seine-Saint-Denis.

Je voudrai saluer ce dos tourné à la déraison, à la posture et cette lucidité retrouvée comme fruit d’une réflexion de 7 jours. Et comme je refuse de penser qu’il s’agit là d’un soutien exclusif à une vice-présidente siégeant dans le même groupe politique ( ce serait particulièrement sectaire), je veux remercier sincèrement celles et ceux de mes collègues qui ont fait ce chemin salutaire!

Remonter